On se retrouve aujourd’hui avec une nouvelle édition des Five senses, pour vous présenter ce qui a ravi mes cinq sens ces dernières semaines ! Au programme : des baskets éthiques pour homme, des tawashis tricotés, une bougie parfaite pour le printemps, des boissons bonnes pour la santé, un film et un vinyle.

Le toucher

Depuis que je m’intéresse au mouvement de la réduction des déchets, j’ai rapidement pris conscience que l’éponge faisait partie des points noirs de mon quotidien. J’ai eu beaucoup de mal à m’en défaire, ayant tellement pris l’habitude d’en utiliser au fil des années. Sauf que c’est un véritable nid à microbes, qui est facilement jeté toutes les deux semaines. J’avais donc envie de tester les tawashis, mais je n’étais pas très fan des modèles rectangulaires présentés dans différentes boutiques et divers DIY. Après quelques recherches, je suis tombée sur le tuto « tawashi facile au tricot » d’Alice Gerfault, et j’en ai tricoté plein plein plein. Après quelques semaines de test, je peux dire qu’elles font parfaitement le job, et je n’ai plus qu’à les glisser dans un filet de linge lorsque je fais des machines à hautes températures pour qu’elles soient de nouveau propre !

Pour continuer sur un autre sujet, j’ai convaincu l’amoureux d’acquérir des baskets éthiques, après lui avoir dit tout le bien de ma paire de Veja. C’est vers les Cypress de Faguo (c/o Spartoo) que son choix s’est porté, une marque que j’affectionne aussi énormément pour leur transparence et leur action « une paire acheté = un arbre planté ». D’après ses dires, la paire est vraiment très confortable, de bonne qualité et la couleur est vraiment à tomber ♥. D’ailleurs, pour celles et ceux qui sont à Strasbourg, n’oubliez pas qu’une boutique physique Faguo a ouvert ses portes Rue des Frères !

 

L’odorat

Même si l’hiver se prête mieux à la saison des bougies, j’adore profiter du printemps pour continuer à avoir une odeur très fleurie chez moi. J’avais déjà craqué pour la bougie « Bouquet de mai » de Le Chat dans l’Armoire, j’étais obligée de la reprendre pour entamer cette nouvelle saison ♥. Emma est une créatrice strasbourgeoise que j’avais pu rencontrer lors d’une rencontre Etsy, elle a recours à de la cire végétale pour les bougies, et j’ai d’ailleurs très hâte de voir ses projets de cosmétiques voir le jour !

Le goût

Il y a quelques semaines, j’ai été contacté par l’équipe de Symples pour découvrir leurs boissons. Il s’agit en fait d’infusions de plantes entièrement fabriquées en France (en Lorraine), 100% naturelles et d’origine bio, sans additifs et sans conservateurs. C’est d’ailleurs l’une des personnes de l’équipe qui m’a remis les bouteilles en main propre lors de leur passage à Strasbourg, l’occasion de voir en vrai de vrai qui se cache derrière cette marque. En tout cas, j’ai eu un vrai coup de coeur pour la potion énergisante, parfaite pour avoir un coup de fouet naturel après la pause déjeuner !

La vue

Ce mois-ci, j’ai enfin pris le temps de faire une chose que je n’avais pas faite depuis des mois : aller au cinéma. J’avais envie de voir un film sans prise de tête, et notre choix s’est tourné vers Tanguy le retour d’Etienne Chatiliez. J’avais adoré le premier il y a dix ans, devant lequel je m’avais beaucoup rigolé et que j’adore toujours regarder de temps en temps. À tel point que juste avant de dormir, et en voyant la tête d’Orient quand il se pose entre nous dans le lit, j’adore lui faire dire avec une voix bizarre « Je t’aime maman. Je t’aime papa ».

Bon, clairement, ce n’est pas le film du siècle. Il se laisse regarder, on passe un bon moment à rigoler, mais rien transcendant non plus.

L’ouïe

On termine enfin ce Five Senses par un vinyle, assez vieux pour le coup. Il s’agit de l’album Le Phare de Yann Tiersen, le troisième opus de l’artiste sorti en 1998 (ça ne nous rajeunit pas), composé sur l’Île d’Ouessant ! J’aime énormément les compositions de Yann Tiersen, et ce depuis des années. Le Phare fait partie de mes albums préférés, j’étais ravie de pouvoir enfin l’acquérir en vinyle ! Mes préférées : Monochrome (avec la douce voix de Dominique A et son côté nostalgique), Sur le fil et Les bras de mer.