Lorsque je navigue dans les archives de tenues du jour publiés sur ce blog, je me rends bien compte de mon évolution : avant, j’avais une passion folle pour les motifs originaux et plein de couleurs. Maintenant, les couleurs se font de plus en plus rares, et les motifs à fleurs sont fidèles à mon placard depuis des années. C’est fou comme les goûts peuvent évoluer au fil du temps, moi qui pensais que je resterais éternellement cette fille aux jupes et robes patineuses aux motifs plus extravagants les uns que les autres.

Parfois, je me dis que cette époque de prise de risque me manque, parce qu’elle correspondait exactement à ma mentalité de l’époque : ne pas se prendre la tête et tout tester avant d’être « trop vieille » (oui, le début de ma vingtaine était remplie de clichés). Pour faire plaisir à la moi d’avant, j’essaie tout de même de conserver des pièces avec des petits détails qui détonnent, comme ce haut Betty London (qui n’est malheureusement plus disponibles sur Spartoo) qui est parfait avec ses festons et ses volants. Il se porte dans les deux sens, mais je vous avoue préférer exhiber mon dos que ma poitrine ! Et dans mon précédent billet sur ma robe de printemps, je vous évoquais aussi ma passion du vert forêt… Autant vous dire que je suis comblée ♥

Enfin, ma quête des bottines marrons parfaites est terminée, même si je suis un peu déçue d’avoir dû me rabattre sur du cuir. Mais bon, elles tiennent vraiment bien la route, je les porte quasiment tous les jours depuis qu’elles sont en ma possession et je compte bien faire le maximum pour qu’elles durent dans le temps !

 

Les magnolias sont toujours là. Claude François

 

Haut : Jiriomote de Betty London (c/o Spartoo, sold out) // Jean : Levis (seconde main, acheté chez Vetis Esplanade) // Bottines : Josta de Betty London (c/o Spartoo) // Sac : Paul Marius (vintage)