Pendant ce confinement et comme beaucoup de monde, j’ai passé de nombreuses heures devant Netflix à terminer des séries en cours, regarder des films qui me faisaient envie ou encore (re)voir des programmes qui me changent les idées. J’ai pour habitude de vous parler de ce que j’ai récemment regardé dans mes billets Five Senses, mais j’avais aujourd’hui envie de vous en faire un article dédié. J’ai triché en ajoutant une série qui n’est pas disponible sur Netflix, mais il fallait tout de même que je vous en parle !

Community. J’avais déjà regardé cette série il y a des années, j’étais plus qu’heureuse de pouvoir la revisionner sur Netflix ♥. Community suit les aventures de Jeff, avocat qui doit obtenir à nouveau un diplôme s’il veut continuer à exercer et qui intègre donc une faculté publique américaine (considérée comme une école bas de gamme). Il se retrouve entouré de personnes loufoques mais terriblement attachantes : l’inséparable duo Troy & Abed, Shirley la mère de famille très croyante, Annie l’intello, Britta la fausse rebelle et Pierce le vieux raciste. La série résumée de cette manière paraît un peu nulle, mais je vous assure que vous allez vraiment rigoler devant chaque épisode et vous émerveiller devant les nombreuses références cinématographiques ! C’est d’ailleurs grâce à cette série que j’ai pu découvrir l’univers de Dan Harmon, qui est également la tête pensante de la série animée Rick & Morty (que j’ai également adoré et qui est aussi visible sur Netflix), et que j’ai surtout découvert Donald Glover aka Childish Gambino (et dont j’écoute chaque album depuis).

Better Call Saul – Saison 5. Ce préquel de la série Breaking Bad est une merveille ! À travers cette série, on découvre donc le passé de l’avocat Saul Goodman, qui se nomme réellement Jimmy McGill. Au fil des saisons, les pièces du puzzle qui lit Better Call Saul à Breaking Bad s’assemblent de plus en plus, et la tension est de plus en plus forte dans cette dernière saison ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas été stressée en regardant des épisodes, et ça a été le cas pour cette saison 5 qui se termine en beauté ♥

BoJack Horseman. J’avais commencé cette série animée Netflix dès le départ, mais je n’avais jamais terminé la dernière saison, par peur de dire adieu aux personnages. BoJack est un acteur qui a connu le succès à Hollywood dans une série des années 90. Sauf que depuis, c’est la déchéance totale pour cet « homme cheval » qui tente de survivre au quotidien. On passe du drame aux rires en un claquement de doigts dans cette série, plein de sujets de société sont passés au crible avec brio. Mention spéciale pour l’un des épisodes qui est quasi muet et qui est l’un des plus beaux de BoJack Horseman ! La fin m’a amplement satisfaite, et c’était avec une petite larme que j’ai dit adieu à BoJack et toute sa clique.

Brooklyn Nine-Nine. Ah, comme j’aime cette série ! Dans cette comédie, on suit l’une des brigades du NYPD (à New-York donc), la 99e menée par le capitaine Raymond Holt. Cette série est pour moi un vrai doudou, je la revisionne souvent dès que j’ai envie de rigoler ou de me consoler. Les 6 premières saisons sont disponibles sur Netflix, j’ai téléchargé la dernière saison pour être -enfin- à jour (je sais, ce n’est pas bien). Chaque épisode dure une vingtaine de minutes, ce qui se regarde vraiment très très vite !

After Life. Ma dernière série coup de coeur ♥. J’attendais avec beaucoup d’impatience la deuxième saison d’After Life, qui est sorti fin avril sur Netflix, et je n’ai pas été déçue de cette attente ! Dans cette série, on suit Tony qui se remet du décès soudain de sa femme, et qui tente par la suite de se suicider. Cette comédie dramatique est paradoxalement pleine de vie et extrêmement juste sur le sujet du deuil. Préparez vos mouchoirs en tout cas, je n’ai jamais été aussi émue (j’avais en pleurs à chaque épisode, que ce soit pour des choses tristes ou joyeuses) et me donne encore plus envie d’aimer et de profiter de chaque instant.

Never Have I Ever (Mes premières fois). Ah, je l’attendais cette nouvelle série de Mindy Kaling (aka Kelly Kapoor dans The Office ♥) ! Le scénario de base semble très cliché : une fille un peu nerd qui veut réussir à sortir avec un joueur de basket, donc l’un des garçons les plus populaires de son école. Même si la série n’évite pas certains clichés qu’on retrouve dans beaucoup de comédies pour adolescent.e.s, je salue néanmoins la diversité du casting qui fait vraiment du bien et des sujets plus profonds abordés : le deuil d’un parent, la découverte de la sexualité et de son orientation sexuelle, la double culture qui peut parfois être difficile à gérer (surtout à l’adolescence, je vous en parlerai un jour). Loin d’être innovante, cette série a tout de même eu un côté « feel good » qui était plus qu’appréciable pendant le confinement !

When We First Met. J’étais à la recherche d’un film sans prise de tête à regarder un après-midi… Et bien rien de mémorable après ce visionnage ! On y suit Noah qui, grâce à un photomaton magique qui lui permet de remonter dans le temps, revit la soirée où il a rencontré Avery pour comprendre ce qui n’a pas fonctionné entre eux. C’est une comédie sentimentale tout ce qu’il y a de plus basique, sans rien de vraiment transcendant.

The Half of it (Si tu savais). Ce film met en avant Ellie Chu, une lycéenne sino-américaine qui joue de la guitare et qui rédige des dissertations pour ses camarades afin de se fait de l’argent pour aider son père à payer les factures. Un jour, un jeune homme, Paul, vient lui demander de l’aide pour rédiger une lettre d’amour envers une autre fille (Aster). Sauf qu’au fur et à mesure de la rédaction de ces lettres, Ellie se rend compte qu’elle a des sentiments pour Aster. J’ai beaucoup aimé ce film qui, pour le coup, ne met pas en avant un amour parfait et ne tombe dans les clichés des films mettant en avant la communauté LGBTQ+. C’est un petit bonbon que j’ai adoré regardé et que je vous conseille à 100% !

Miss Americana. Je suis loin d’être une fan de la musique de Taylor Swift, mais j’étais très intriguée par ce documentaire qui devait notamment montrer son engagement politique qui avait fait du bruit à l’époque. Et je dois dire que je n’ai pas été déçue, on y découvre une personne entière, passionnée par ce qu’elle fait et qui se remet régulièrement en question, loin de l’image « chanteuse blonde et jolie qui fait de la pop mignonnette ». J’ai particulièrement aimé les passages montrant son processus de création d’une chanson, qui peut vraiment être ultra rapide ! Ce documentaire, à l’instar de « Gaga : Five Foot Two » (le documentaire sur Lady Gaga visible sur Netflix) nous plonge dans les hauts et les bas de la célébrité, des personnes comme tout le monde finalement. En tout cas, après ce documentaire, j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter plus attentivement les derniers albums de Taylor Swift !

Anne with an « E ». Je n’en suis qu’à la deuxième saison actuellement, mais j’aime beaucoup suivre les aventures de Anne à Green Cables ! Tout est bienveillant et plein d’espoir, l’imagination d’Anne est débordante et sa joie de vivre et de s’extasier sur les petits détails du quotidien mettent vraiment du baume au cœur. Et mon Dieu, je suis tombée amoureuse de la photographie de la série qui est juste à tomber ♥. Je n’ai pas voulu regarder cette série d’une traite, surtout parce qu’il n’y a que trois saisons et que ça me rend triste au fur et à mesure de l’avancement de devoir dire adieu à cet univers…

Le bureau des légendes (visible uniquement sur Canal +). J’attendais avec impatience cette dernière saison du Bureau des Légendes, et j’ai quand même eu un pincement au cœur pour les deux derniers épisodes réalisés par Jacques Audiart (la démarcation entre Eric Rochant et lui est beaucoup trop franche et ne m’a pas particulièrement emballé). Pour rappel, Le Bureau des Légendes est une série française qui met en avant ce fameux bureau au sein de la DGSE, en charge de former des « clandestins », soit des agents spéciaux pour résumer très grossièrement. Moi qui ne suis pas adepte de ce genre de série en temps normal, j’ai été emballée dès le départ par cette série ! Chaque saison a surtout le don de s’adapter aux actualités, en mettant par exemple en avant les recrutements de djihadistes, le cyber-espionnage, les guerres internes entre les différents services de renseignements dans le monde. En tout cas, j’ai hâte de savoir s’il y aura une prochaine saison, même si je trouve que celle-ci conclue parfaitement l’histoire.

The Circle France. Cela faisait des années que je n’avais pas regardé de programmes de télé-réalité, j’ai cliqué sur celui-ci par curiosité après avoir vu des stories d’Angéline de Carnet Prune. J’étais au départ à la recherche d’une série à mettre en fond sonore, et j’ai finalement bien aimé le concept de The Circle. Même si j’ai souvent levé les yeux, parce que trop de hashtags tuent le hashtag, j’ai quand même rigolé de nombreuses fois devant les candidats ! J’étais trop fan du duo de retraitées Jo et Monique, qui se faisait passer pour un jeune homme de 25 ans et qui m’ont fait mourir de rire avec leurs nombreuses feuilles de notes pour pouvoir parler en « d’jeuns » (#golri). En tout cas, j’ai passé un bon moment à visionner cette série/télé-réalité !

 

Et vous, qu’avez-vous regardé récemment sur Netflix ?