En mai dernier, je vous avais déjà proposé 12 recommandations de séries et films à regarder sur Netflix dans ce billet de blog. Je pensais en écrire un autre plus rapidement, mais j’avais réduit ma consommation cet été vu que j’ai passé pas mal de jours en Bretagne pour revoir ma famille et mes ami.e.s, et que j’en ai profité pour couper des écrans et lire davantage. Avec l’arrivée de l’automne, le reconfinement et mon envie de lecture qui est en berne, j’ai la fâcheuse tendance à laisser Netflix allumé pour avoir un bruit de fond, et je regarde notamment beaucoup de films de Noël (oui, c’est l’un de mes péchés mignons dès l’automne). Voici donc ce que j’ai regardé en octobre et novembre sur Netflix, avec comme la dernière fois deux séries qui sont disponibles sur une autre plateforme (en l’occurrence France 2 et Canal+) !

◾ Le jeu de la dame (« The Queen’s Gambit » en VO). Placée en orphelinat à 9 ans, Beth développe un talent étonnant pour les échecs… et une addiction aux tranquillisants verts donnés comme sédatifs aux enfants.

Cette mini-série, adaptée du livre Le Jeu de la Dame de Walter Tevis, a été un énorme coup de cœur ! J’ai adoré la photographie et l’ambiance de toute la série, les clins d’œil des habits à l’univers des échecs (Beth porte régulièrement des vêtements à carreaux comme les échiquiers, ou encore du noir et blanc en rappel des pièces du jeu), et l’actrice Anya Taylor-Joy est brillante dans cette série ♥ . Si vous êtes amateur.ice.s des échecs (ou pas d’ailleurs), sachez que les parties sont réelles, et que les acteur.ice.s ont été conseillé par, entre autres, le champion mondial Garry Kasparov, pour avoir les gestes les plus crédibles possibles (en bougeant les pièces ou en appuyant sur le pendule d’échecs) ! Mais en dehors de ce jeu, d’autres thèmes sont aussi abordés : la dépendance aux sédatifs, faire face à ses démons, passer du monde de petite fille à adulte alors que les ambitions deviennent de plus en plus grandes, être une femme dans un milieu « masculin »… Bref, je vous recommande énormément cette mini-série à visionner sur Netflix ! Et j’ai aussi adoré cette série car elle m’a rappelé mes quelques années de compétition d’échecs (j’ai participé au championnat de France de 1999 dans la catégorie petite-poussine).

◾ Voyage vers la lune (« Over the Moon » en VO). Une jeune fille brillante et passionnée construit une fusée pour se rendre sur la lune et prouver l’existence d’une légendaire déesse lunaire. C’est alors qu’elle se retrouve embarquée dans une quête inattendue. En effet, elle découvre un univers féerique peuplé de créatures fantastiques.

Comme j’ai aimé ce film d’animation visible sur Netflix, au point de verser quelques larmes devant ! L’univers développé est ultra mignon, avec quelques pointes d’humour, de chants et de tendresse surtout ♥. J’avais évoqué ce point sur Instagram, mais quel plaisir de se sentir représentée dans un film d’animation, chose qui n’est pas arrivée depuis… Mulan de Disney sorti en 1998.

◾ Dash & Lily. C’est Noël, et Dash le désabusé et Lily l’enjouée échangent messages et défis dans un carnet rouge aux quatre coins de New York. Qui a dit que les contraires s’attirent ?

Dash & Lily est aussi l’un de mes récent coup de cœur ! C’est le programme parfait si vous êtes à la recherche d’une série feel good à regarder : cette comédie romantique pour adolescents tirée d’une série de livres est tellement pleine de bons sentiments (j’ai aussi versé ma petite larme dans les derniers épisodes) et l’envie de donner aussi des petits défis pour sortir petit à petit de sa zone de confort. Bref, cette série, je vous la recommande vraiment vraiment en cette période où l’on a toutes et tous besoin de se mettre du baume au cœur ♥

◾ Song exploder – How Music Gets Made. Laissez-vous inspirer par des musiciens qui dissèquent leur processus créatif d’écriture et révèlent leurs pensées intimes. Une série basée sur le podcast à succès du compositeur Hrishikesh Hirway.

Je suis tombée totalement par hasard sur cette série, mais j’étais très intriguée d’y voir figurer Alicia Keys et R.E.M. Le compositeur Hrishikesh Hirway tient ce podcast musical depuis des années, dans lequel il revient avec un.e artiste sur l’origine et/ou l’histoire d’une chanson en particulier. J’ai adoré cette sensation d’être une petite souris et de découvrir les coulisses de chansons énormément écoutées, comme cela a été le cas pour « Losing My Religion » de R.E.M, et de voir que tout ne se fait pas en claquement de doigts. Il y a pour l’instant 4 épisodes de disponibles sur Netflix, une deuxième saison devrait arriver à la mi-décembre.

◾ Holidate. Quel enfer d’être célibataire pendant les fêtes ! Deux inconnus décident donc de jouer les (faux) amoureux pendant un an. Mais de (vrais) sentiments s’en mêlent…

Chaque année, j’attends avec impatience les films de Noël produits par Netflix, et je n’ai pas été déçue par Holidate qui, pour moi, a ouvert le bal des visionnages quasi quotidiens de films de Noël ! Ce scénario met en avant Sloane (jouée par Emma Roberts) et Jackson (interprété par Luke Bracey) qui, lassés d’être célibataires lors de réunions en famille pour les fêtes, décident de s’inviter l’un et l’autre à chaque événement festif (Noël, Halloween, Pâques, etc). Cette comédie romantique feel good m’a fait passer un très bon moment, et je vous recommande ce film si vous êtes à la recherche d’un film un peu doudou à regarder !

◾ Comme Cendrillon : un vœu pour Noël (« A Cinderella Story : Christmas Wish » en VO). N’en déplaise à sa mégère de belle-mère et à ses méchantes belles-sœurs, une jeune chanteuse au job ingrat a la chance d’être bénie par un miracle de Noël. 

Cette revisite 2.0 du conte de Cendrillon n’était pas dingue, mais j’ai quand même apprécié le visionnage. On est là sur une comédie romantique classique de Noël, avec la belle-mère imbuvable et les demi-sœurs pas très malignes. Est-ce que je vous le recommande ? Pas particulièrement, sauf si vous n’avez rien d’autres à regarder.

◾ Un Noël tombé du ciel (« Operation Christmas Drop » en VO). Venue pour fermer une base aérienne et mettre fin à la tradition de Noël que celle-ci perpétuait, une attachée du congrès tombe sous le charme d’un pilote au grand cœur.

Premier film de Noël que je regarde sans paysage enneigé ! Mais pas de coup de cœur non plus pour ce film (décidément), j’ai trouvé le scénario très plat et les personnages pas très attachants. Et cette mise en avant de « regardez comme nos soldats américains sont vraiment de belles personnes », ça m’a énervé. Le seul point que j’ai aimé dans ce film : découvrir des choses sur les îles du Pacifique, notamment l’île de Guam que je ne connaissais pas du tout et qui reçoit réellement à chaque Noël des colis de l’armée US.

L’ambassadrice de Noël (« Christmas Made to Order » en VO). Un architecte surbooké reçoit sa famille pour Noël et fait appel aux services d’une décoratrice… qui va faire bien plus qu’ajouter quelques guirlandes dans sa vie !

Sur ce film, je n’ai pas grand chose à dire… Il suit tous les fils conducteurs classiques des films de Noël, mais je n’ai ressenti aucun attachement pour les personnages principaux. Un bon film de Noël mais sans plus !

◾ Blackpink : Light Up the Sky. Les filles du groupe coréen BLACKPINK qui a battu tous les records évoquent leurs rêves, et les embûches trouvées sur le chemin de leur succès météorique.

J’étais très intriguée par ce documentaire musical mettant en lumière le groupe de k-pop Blackpink, dont le nom me disait vaguement quelque chose (de la chanson « Sour Candy » de Lady Gaga) sans que je cherche à en savoir plus. À force de voir ce documentaire musical dans mes recommandations Netflix, je l’ai lancé en me disant qu’au pire, ce seront les dessous du milieu de la k-pop qui seront mis en avant. On y suit le parcours de Jennie, Jisoo, Lisa et Rosé, de leurs débuts dans la musique et la danse à leurs auditions auprès du label sud-coréen YG Entertainment, et de la formation qui s’en est suivie jusqu’à la sortie des premiers titres de Blackpink, sans oublier leur passage à Coachella en 2019 qui a propulsé le groupe sur la scène internationale. À savoir que Blackpink est l’un des premiers groupes de k-pop à ne revendiquer aucune leader et à compter une membre non coréenne dans ses rangs ! Même si l’on sent que beaucoup de choses sont édulcorées car ce n’est pas nouveau que le milieu de k-pop est redoutable et compétitif, j’ai quand même beaucoup aimé le regarder. Est-ce que j’écoute régulièrement Blackpink depuis ce documentaire ? Tout à fait !

◾ Bob l’éponge – Le film : Éponge en eaux troubles. Quand son meilleur ami est kidnappé, Bob l’éponge entraîne Patrick dans une folle aventure loin de Bikini Bottom pour sauver leur compagnon à coquille rose.

Dans la série « je veux un programme sans prise de tête », je demande… le dernier film de Bob l’éponge ! Rien de foufou dans ce dessin animé, mais j’ai beaucoup aimé me replonger dans l’univers de Bikini Bottom que j’adorais lorsque j’étais plus jeune. Et juste pour voir la tête de Keanu Reeves dans une boule de sauge, cela vaut le coup ha ha !

◾ Dix pour cent – Saison 4 (France 2). Depuis la fête anniversaire d’ASK, l’agence est en crise : Mathias est parti et reste vague sur ses intentions, et Hicham a laissé les rênes à Andrea qui doit gérer la crise qui va frapper.

Comme je suis triste d’avoir dit adieu à tous les personnages de Dix pour cent avec cette dernière saison (la série se termine ici) ! C’est l’une des séries françaises que j’ai le plus aimé ces dernières années, tant les personnes sont riches et attachants, et les guest stars géniaux. J’ai adoré voir Sigourney Weaver

◾ La Flamme (Canal+). La vie lui a tout donné… sauf une copilote. Pendant neuf semaines dans une sublime villa, treize femmes vont s’affronter pour séduire Marc, pilote de ligne, et tenter d’allumer en lui… la Flamme. Alors, armez les toboggans, vérifiez la porte opposée… Marc va emmener ses prétendantes au septième ciel !

Cette parodie du Bachelor et autres télé-réalités du genre est parfaite pour se vider la tête ! Sans grand étonnement, Jonathan Cohen est génial dans le rôle de Marc, et mentions spéciales pour Adèle Exarchopoulos, Leïla Bekhti et Laure Calamy qui m’ont fait hurler de rire ! Attention, si vous n’êtes pas sensibles au second degré (voire au troisième ou quatrième), cette série va vite vous gonfler avec des blagues parfois lourdes. Alors, qui est prêt.e à fêter la Jean-Guile ?

 

Et vous, qu’avez-vous regardé dernièrement sur Netflix (ou sur d’autres plateformes) ?