On se retrouve aujourd’hui avec un nouvel article qui trotte dans ma tête depuis des mois : la présentation (officielle) de ma passion pour les vinyles ! Cela fait maintenant deux ans que nous avons craqué avec l’amoureux, c’était un achat que nous voulions faire depuis des années. Tous les deux adeptes de musique et très gros consommateurs de musique en streaming, nous avions envie de revenir à l’objet premier. Mine de rien, avoir une platine vinyle change totalement le rapport aux sons : j’ai souvent tendance, en allumant Spotify, à zapper une musique dès qu’elle ne me plaît pas, ou à être rapidement distraite par d’autres choses. Depuis que la platine est dans notre salon et que l’on s’est offert nos albums préférés, j’ai redécouvert certaines chansons sous un nouvel angle, avec notamment des petites subtilités que je n’entendais pas. Et surtout, l’album défile du début jusqu’à la fin, sans la réelle possibilité de passer si cela ne nous plaît pas (enfin cela reste possible, mais je n’aime pas le faire). Enfin, les petits craquements des vieux vinyles… ♥ Je vous avais notamment enregistré le début d’un vinyle d’occasion d’Ella Fitzgerald sur Instagram il y a presque un an pour voir de quoi je parle !

Dans ce billet, je vais vous présenter la platine vinyle que l’on possède, et quelques vinyles favoris !

Mon équipement

Notre choix s’est porté sur la platine vinyle Pioneer PL-990, une platine automatique qui permet de lire des 33 et 45 tours. C’est après un n-ième passage dans l’ancien appartement rennais de Florence & Flavien que l’on a décidé de prendre le modèle que celui qu’ils possédaient, que l’on avait beaucoup aimé. Etant peu expérimenté au moment de l’achat, nous n’avions pas envie de prendre de gros risques en prenant une platine au prix élevé (celle-ci est aux alentours de 200€) qui ne nous conviendrait finalement pas. Le seul critère qui était essentiel : qu’il y ait un couvercle pour éviter aux poils d’Orient de se faufiler partout. Cela fait deux ans qu’elle trône fièrement dans notre salon, et j’en suis vraiment vraiment très contente !

C’est l’amoureux qui s’est chargé de choisir la chaîne hifi. Je n’arrive pas à retrouver la référence exacte, il s’agit d’une chaîne hifi Sony assez classique, mais qui a l’avantage de se connecter en bluetooth (point important pour mettre Céline Dion à fond pendant le ménage ou les soirées), et de lire les cd (j’en possède encore depuis ma licence). Nous aimerions bien la changer pour quelque chose d’un peu plus puissant et plus esthétique, mais elle fait tout de même son travail.

Etienne Daho – La notte, la notte

Pour ce vinyle, je me suis clairement faite influencer par des ami.e.s qui venaient de voir Etienne Daho en concert. Je voulais ABSOLUMENT pouvoir écouter la mythique chanson « Week-end à Rome » en vinyle, c’est enfin chose possible ! Et autre truc chouette à faire : prendre une photo avec la pochette en essayant de faire concorder ma marinière Armor Lux avec celle d’Etienne (spoiler alert : c’est vraiment compliqué à faire seule, surtout quand on se rend compte en post-traitement que les manières ne sont pas de couleurs identitiques #boulet #myopie).

J’ai trouvé ce vinyle lors d’un vide-greniers organisé dans mon quartier, mais je ne conseille pas forcément ce genre d’endroits : certains vendeurs sont là dans l’unique but de vendre des vinyles plus chers que la normale (parce que c’est « tendance » de chiner et d’écouter des vinyles). Pour celui-ci d’Etienne Daho, je l’ai payé 10€ tout pile, un prix correct sachant qu’il est d’occasion.

Moderat – album éponyme

Aah, Moderat, une grande histoire d’amour depuis ma licence ! J’avais découvert ce groupe allemand lors de ma licence, étant tombée amoureuse du clip de Bad Kingdom et de la magnifique voix de Sascha Ring. Le groupe qui réunit les groupes Modelselektor et Sascha d’Apparat faisait des merveilles : de l’électro ultra planante, qui personnellement m’inspire toujours énormément. J’ai pu voir ce groupe aux Eurockéennes il y a deux ans, pour un concert riche en émotion vu qu’il s’agissait de l’un des derniers du groupe avant leur séparation. J’ai en ma possession les 3 albums de Moderat : Moderat (le premier EP donc), II et III.

La Fine Equipe – 5th Season

Je vous ai déjà parlé de ce groupe d’électro hip-hop français dans mon Five Senses #7, j’ai depuis (enfin) acheté le dernier vinyle de La Fine Equipe ! Cet album marque, selon moi, une évolution dans la musique du groupe : ce disque est clairement plus axé hip-hop/rap que les précédents qui étaient très jazzy, ce qui n’est vraiment pas pour me déplaire ! De « Aurora » à « Nobu », en passant par « What Eva » et « Precious », il n’y a quasiment aucun titre qui ne me convienne pas !

System of a Down – Hypnotize et Mezmerize

Si je ne devais garder qu’un groupe qui a marqué mon adolescence, c’est bien System of a Down ! Chaque chanson du groupe me fait toujours un petit quelque chose, en me rappelant soit un souvenir précis, soit une personne. Pour mes 27 ans, l’amoureux m’a offert « Hypnotize » et « Mezmerize » en vinyle, parce qu’il savait que je les cherchais depuis des mois pour agrandir notre collection. Et que surtout, ce sont mes deux albums préférés du groupe ♥

Rone – Tohu Bohu

Ai-je réellement besoin de présenter Rone ? Erwan fait partie de mes artistes français préférés depuis des années ! Tohu Bohu est l’album qui m’a réellement fait découvrir sa musique, que j’aime appeler de l’électro poétique tant tout est bien pensé et arrangé. J’avais pu le voir en concert il y a quelques temps déjà, pour la sortie de son dernier album… et quel concert ! Tout était parfait, entre la scénographie et la musique, et quel bonheur d’avoir pu parler un tout petit peu avec lui à la fin ♥

 

Et vous, avez-vous succombé à la platine vinyle ? Quels sont vos albums/artistes favoris ?