Alors, je reviens aujourd’hui pour parler du magazine NEON.

 

J’ai longtemps été accro aux magazines (du genre Biba, Be, Cosmo’), mais à force de les lire, j’avais de plus en plus l’impression de ne pas me reconnaître dans ce qui était écrit. Puis voir des magazines venter une « mode à petits prix » qui ne l’est pas au final (oui oui, ce n’est pas cher une paire de chaussures à 90€ quand tu es étudiante!), ça m’avait rebuté. Je n’en lis que 2 assidûment (je suis fidèle à Phototech et à Paulette).
Puis je suis tombée sur ce magazine en allant chez mon buraliste. NEON, un nom intriguant tout de même! La couverture m’a tapé dans l’oeil (au sens figuré et au sens propre, j’aime les magazines en hauteur quand t’es trop petite!). Et l’édito m’a plu (j’ai tendance à les zapper dans les autres magazines et dans les journaux). Il est dit :

« Ca faisait longtemps qu’on en parlait. On se disait : ce qui manque aujourd’hui, c’est un magazine  nouveau, jeune, optimiste, qui s’intéresse aux gens, aux sentiments, à la culture, au monde entier; un magazine qui plaise aux garçons comme aux filles; qui bondisse de sujet en sujet, qui fasse rire quand on a envie de se marrer, mais qui soit également sérieux, et généreux, qui nous fasse ressentir les choses, sans honte, avec de vraies émotions, une vraie lumière… Un magazine qui parle de nous, les 25-35 ans. Eh bien voilà : c’est NEON. NEON va partout, dans tous les milieux, avec des reportages exclusifs, des photos, des analyses. Et puis NEON, c’est un miroir, parce qu’on a envie de se comprendre soi. C’est un magazine qui se lit à deux, à dix, un magazine qui se discute, où l’on partage ses expériences, ses bons plans, vu qu’on a tous besoin de connaître les sons, les films, les sites, la mode, les tendances et tout ce qui constitue le vraie vie, la nôtre. Expérimenter sans tabou ni contrainte : ça, c’est NEON. Jusqu’ici, il n’existait pas de magazine comme nous. Maintenant c’est fait. NEON, c’est le tube du printemps. »
Tout est dit. Mais je me reconnais dedans du haut de mes vingt ans (wouah, ça rime!).
Alors, quelques petites photos :

J’ai adoré « Je remercierai Chuck Norris d’avoir bien voulu nous sauver« !

Un chouette article sur les hold-up

Les savoirs inutiles pour briller en toutes circonstances du genre « un film porno est réalisé toutes les demi-heures aux Etats-Unis » ou « on a dix fois plus de risques d’être mordu par un humain que par un rat ».

Reportage de fou où Julien Chaunes reste éveillé 4 jours!

Le boulot d’un graphiste allemand.

 

NEON, c’est carré. Je veux dire par là que le magazine est divisé en différentes catégories (partager, voir, ressentir, avoir, etc). Les photos et les textes sont très soignés (ce qui est aussi et surtout un plaisir pour les yeux).  Et il nous emmène vraiment partout. Il y a un article le collectif russe Voina qui renouvelle l’art de la contestation, un autre sur l’absinthe, un autre sur la philosophie dans Bref, un autre sur Bruxelles, etc.

Bref, vivement le 16 mai pour avoir le n°2!